L’action anti-masculiniste du collectif GGRA (Groupe genre, réflexion et action)

Le 18 avril dernier, le Groupe Genre Réflexion Action (GGRA) a fait une action lors d’une représentation théâtrale de Zofingue Vaud pour dénoncer le sexisme de l’association. Lien sur la vidéo en fin d’article.

Nous transmettons ci-dessous, le communiqué du GGRA:

« COMMUNIQUÉ du GGRA- GROUPE GENRE RÉFLEXION ACTION

MARDI 21 AVRIL 2015

Samedi 18 Avril 2015 se tenait au BCV Concert Hall à Lausanne la représentation annuelle du spectacle monté par Zofingue Vaud. À cette occasion, le collectif GGRA (groupe genre, réflexion et action) fit irruption sur scène au milieu des uniformes zofingiens dans le but de dénoncer la discrimination envers les femmes dont fait preuve le célèbre club estudiantin.

L’an dernier, l’association avait à nouveau fait parler d’elle lorsque le Tribunal Fédéral rejeta le recours de l’Université de Lausanne qui refusait de reconnaitre l’association en son sein car ses statuts sont incompatibles avec la Charte de l’Université et la loi sur l’égalité entre les femmes et les hommes. Et le Tribunal fédéral d’abonder dans le sens de l’instance cantonale, autorisant l’association à continuer de refuser les femmes dans l’association. En d’autres termes, la jurisprudence suisse valide désormais légalement l’obstination de Zofingue à revendiquer le sexisme comme valeur fondamentale. Le collectif GGRA s’est formé afin de questionner, critiquer et combattre une société où les oppressions sont omniprésentes envers les femmes, les racisé.e.s et tout.e.s les autres exclu.e.s. Ces violences systématiques s’opérant le plus souvent sous couvert de banalité, l’action menée samedi eu au moins le mérite de les révéler au grand jour.

Zofingue, en plus d’inscrire noir sur blanc le droit à discriminer, s’imagine pouvoir réduire physiquement au silence les femmes. En effet, non seulement le message du GGRA n’a pas été entendu, mais la réaction à cette intervention a montré les vrais visages des membres de cette si sélect organisation.

Dès les premières phrases, le texte déclamé fut arraché des mains de l’oratrice, les militantes furent saisies, bousculées, poussées et projetées en bas de la scène sous les applaudissements d’une salle complice scandant des encouragements aux hommes sur scènes, devenus soldats.

Au même moment, et sous le regard impassible du premier rang, la camerawoman se vit acculée dans la pénombre des escaliers puis rouée de coups. C’est, en effet, loin des projecteurs que les violences atteignirent leur paroxysme : clé de bras, projections au sol et tentatives de strangulation. Durant les quelques minutes que dura l’intervention, des insultes telles que « par ici les putes ! », « retournez à la vaisselle ! » pleuvaient.

Action du GGRA 1

Capture de la vidéo du GGRA

Tous ces actes individuels révèlent le sentiment d’impunité que ressentent ces hommes à faire valoir leurs privilèges de dominants, par la force s’il le faut. Sentiment confirmé par le tweet posté peu après la fin du spectacle (qui a pu avoir lieu) qualifiant l’altercation de « sympathique ». Le décalage ne pourrait être plus grand… L’absence d’arguments explique probablement de tels comportements qui ne peuvent se tenir que quand la société entière les tolère. Cependant, ils sont scandaleux et il est urgent de s’éveiller collectivement, refuser toutes les discriminations et accuser les personnes qui s’en rendent coupables.

Action du GGRA 2

Capture de la vidéo du GGRA

Si ces hommes se sont sentis légitimes à museler comme ils l’ont fait les femmes qui ont osé prendre la parole devant eux et interrompre leur si parfaite routine de petits rois, leur réaction proprement hallucinante ne fait que légitimer l’action entreprise par le GGRA.

La lutte féministe est toujours actuelle et nécessaire !

Le GGRA »

 

LIEN VIDEO DE L’ACTION : https://youtu.be/f-EvOSY1deA